Laurence  Benedetti

Parce que l'Imagination est le premier outil de la Connaissance

                                                                                           A. Einstein

 

ILS ONT DIT D'ELLE

Ce que je voudrais dire, c’est l’effet Benedetti.

Votre oreille se met à voir votre œil à écouter. Vous êtes avec elle et avec la foule des êtres de tous temps et pays qu’elle assoit près de vous. Vous êtes avec les autres aussi, les spectateurs, à égalité d’enfance. C’est que cette diseuse de paroles semble dans l’instant les inventer pour chacun, les laisser sortir d’elle sans que le travail s’interpose, ni exhibition ni récitation. L’effet, sans les effets. Et pourtant les mains spectaculaires sont à l’ouvrage, suggérant la brume d’une forêt, l’échange des promesses, décochant la flèche quand il le faut, avec exactitude. Tout le corps de la conteuse va au conte : rien au dehors. De la tête aux pieds instrument des mots et des silences, flûte de chair au souffle des histoires.

Et quand vous sortez, une ostéopathie insaisissable a dénoué vos fatigues, remis en bon chemin la danse secrète des rêves : personne ne peut vous le prendre, votre tapis volant.

Catherine  Vigourt - Écrivaine

Votre interprétation était trés magique car vous avez rendu les contes vivants et on avait l'impression d'être dans un chemin où on les vivait et vous nous guidiez vers ce chemin de rêve.

Udara, élève de 6ème

Collège de Villemomble - 2008

Quand vous nous avez raconté les contes c'est comme si on lisait un livre et qu'on regardait ses images. Les images passaient dans notre tête comme un film ou comme si on avait vécu cette histoire.

Bilel, élève de 6ème

Collège de Villemomble 2008

On voit, on sent, on entend. Vous racontez en trois dimensions !

Une spectatrice, dimanche 16 avril 2016 - Le Perreux

Fuzei contes du Japon avec l'artiste peintre Yannick Charon

 

BIO

« Mon métier consiste à raconter des histoires aux autres.
Il faut que je les raconte.
Je ne peux pas ne pas les raconter.
Je raconte des histoires des uns aux autres.(…)
Si je n’avais pas de voix, je parlerais avec mes mains, avec mes doigts.
Privé de mains et de doigts, je les raconterais avec le reste de mon corps.
Je raconterais muet, je raconterais immobile, je raconterais en tirant des ficelles, sur un écran, devant une rampe. 
Je raconterais de toutes les façons possibles car l’important pour moi est de raconter les choses aux autres, à ceux qui écoutent. »

Giorgio Strehler 

Une longue expérience de comédienne et un travail personnel sur le contenu intime des mots, leurs vibrations, leurs résonances , ont donné à Laurence Benedetti une personnalité de conteuse hors du commun
 

Milena Salvini, Directrice du centre Mandapa, Paris XIII

 

Contact

Laissez vos coordonnées pour être informés des prochains evenements